BREAKDUST : Alex, Chon, Olive et Rod Hellfest 2015 : Secret Files (part 2)

par Christophe Z. Darras
0 commentaire
Nov
11
2015


Le HELLFEST, ce sont des concerts. Ce sont aussi des rencontres. On y parle de tout, de rien mais toujours de musique. On y parle surtout difficilement, avec des décibels plein les oreilles. On y rencontre des musiciens qui y jouent, des musiciens qui y passent, des musiciens qui font de la promo et d'autres qui sont juste là. On y croise des stars étrangères, mais aussi des talents bien de chez nous prêts à conquérir le monde ! Voici une petite série de rencontres avec de sympathiques connaissances. Il est toujours réjouissant de rencontrer les membres de BREAKDUST. Alex, Chon, Olive et Rod sont inséparables, intarissables, et – heureusement – parlent d'une seule voix ! Vainqueur du tremplin tenu au Metal Corner lors de l'édition précédente du HELLFEST, BREAKDUST avait cette année le privilège d'inaugurer la Mainstage 1 (et donc d'ouvrir pour SLIPKNOT !). Suite d'une série outrageusement intitulée : « HELLFEST 2015 : Les Dossiers Secrets » !


Vous venez de jouer sur la Mainstage 1, comment s'est passé ce concert ?
Ca a été tout simplement énorme ! Petit coup de stress car il y a eu un peu de retard sur la préparation des plateaux, donc on a fait un check en 2-2, démarré en trombe et été étonnamment surpris par cette foule assez conséquente.

Il y a avait du monde dès l'ouverture ? C'est un créneau qui peut sembler ingrat.
Ah oui, on a été bluffé ! Beaucoup plus de monde qu'on n'en attendait, plus de 3000 personnes !

C'est votre plus gros concert ?
A l'heure actuelle oui. Il y avait le metal corner, et cette année il y a la mainstage (rires). Le public était présent, et a répondu, pour une ouverture c'est cool. On nous avait dit que certaines années, des groupes démarraient devant le gazon ! Donc on est super content. Et puis ça soulève ! L' "avant" était super stressant aussi. A 10 minutes on n'était toujours pas monté. SLIPKNOT prenait pas mal de temps,.. alors on a branché et on a balancé direct !

Et comment avez-vous géré le stress alors ?
Au premier accord, tout s'est barré. Avant c'était wooouuuuhhh... Mais il ne fallait pas trop se faire gagner par le stress, on était en backstage, le temps de préparer le plateau, et on voyait que ça commençait à se remplir, on voyait l'heure tourner... On s'est dit, on va les laisser faire, c'est des pros, on jouera pile-poil à l'heure. Et c'est ce qui s'est passé. Tout s'est finalement bien goupillé et on a fait ce qu'on avait prévu.

On s'est croisé plusieurs fois depuis la sortie de votre dernier album, « Baleful World » (2013). Est-ce que tout ce que vous avez testé pendant cette dernière année lors de vos concerts a fonctionné ? Je pense aux circle-pits, aux walls of death...
Ouais, ça a marché nickel ! (rires) Franchement, et ce matin ça a marché encore. Le wall of death mais il était, mais EXCELLENT ! A notre niveau, bien sûr, il était parfait ! Vraiment propre, il n'y avait pas trop de mauvaises herbes qui traînaient,.. L'impact nous a filé le frisson ! Pour un wall of death entre 10h30 et 11h, je crois que ça l'a bien fait ! Les gens avaient vraiment la patate. Et le circle pit dans le même morceau !

Le Hellfest fête sa dixième édition cette année, vous avez eu une médaille commémorative ?
(Rires) Non !

Et c'est vous qui avez ouvert les hostilités pour cet anniversaire !
C'est d'autant plus énorme ! On a quand même eu une bouteille de muscadet, des bonbons, et une douche gratuite ! (rires) Et ce n'est peut-être pas fini !

Vous avez joué des nouveaux morceaux ou votre set habituel ?
On avait assez de morceaux pour faire un set d'une demi-heure, ça aurait été con de composer un nouveau morceau ! Le but, de toute façon, c'est d'accrocher les gens en trente minutes. On avait le set pour ça.

Vous vous retrouvez bien dans l'air du temps avec votre musique. Il y a quand même une grosse résurgence de thrash/death...
C'est génial, car il y a cinq ou sept ans de cela, on jouait du metalcore, du grind, du death... On ne voyait pas beaucoup de death ou brutal death, le thrash était un peu tombé dans l'oubli, à un moment il n'y avait plus de solos non plus... mais nous, on n'a jamais changé. On s'en tape. On fait ce qu'on aime et puis c'est tout ! Après, tant mieux que ça revienne parce que c'est vrai que beaucoup de gens ont aimé ce style et plusieurs groupes le remettent à la mode avec des compositions plus modernes, c'est bien de faire revivre le style.
 

"C'est du brut de décoffrage le thrash ! C'est pour ça qu'on aime ce style." - BREAKDUST



C'est à dire qu'aujourd'hui beaucoup de groupes semblent redécouvrir les années 70, tandis que d'autres proposent un metalcore puissant, et coincés entre ces deux visions on trouve le death et le thrash, qui, et c'est un avis personnel, représentent peut-être la forme la plus pure du metal.
Mais c'est vrai !! C'est du brut de décoffrage le thrash ! C'est pour ça qu'on aime ce style. Le dernier en date qui nous a fait cette impression, après c'est à débattre, c'est mon avis comme tu dis, c'est le premier CAVALERA CONSPIRACY. Quand les deux frères se sont retrouvés, ils ont aussi retrouvé ces racines. Mais que le premier, bizarrement. J'ai pris ma gifle, le thrash n'était pas mort ! Et puis nous, ça nous fait du bien de continuer, de persévérer dans notre style !

Vous écrivez en ce moment ?
Bah là, ça fait trois mois qu'on se prépare pour le Hellfest !

Vous n'avez pas de velléités de faire des trucs un peu différents ?
Ah pas du tout ! Il y a une différence entre le premier et le deuxième albums, entre « Mutilated Earth » et « Baleful World », au niveau des structures finales des morceaux, il y a plus de maturité en fait. On a tous des influences différentes et le bon mix qu'on a trouvé, il se ressent bien dans « Baleful ». Ca restera notre style !

Avec des riffs de ce style, quand vous montez sur scène c'est gagné d'avance, non ?
Comment te dire qu'on prend juste un énorme plaisir ! On est comme des gosses, c'est parti, et le seul but c'est que ça bouge en face ! Et vu qu'on n'a rien inventé, on est forcément attendu au tournant et ce n'est jamais gagné d'avance. On essaye d'apporter une sonorité plus moderne, avec des influences qui ne sont pas que thrash, ça ouvre peut-être des portes... On nous a qualifiés de « thrash old-school moderne » (rires), c'est paradoxal, mais c'est excellent en même temps car on a des compositions assez old-school influencées par les grosses pointures, et un son un peu plus récent.

Vous savez-vous même ce que vous faîtes exactement ?
Bah, du metal ! (rires) On a quelques pointes death parfois, donc thrash-death, oui. Bon, pour pas se faire chier, on va dire metal ou trash-death ! Les étiquettes c'est chiant ! On fait ce qu'on aime. Libre aux « connaisseurs » de nous dire exactement notre style... mais dans nos têtes on n'en est pas à se cantonner à jouer tel ou tel style.

L'année dernière le metal corner, cette année la mainstage 1, et l'année prochaine ?
L'Altar à 18 h ! (rires) Et la Warzone à 21 h ! (rires)

Vous pensez venir concurrencer Phil Anselmo au Hellfest ?
(rires) Les Phil Anselmo français !!! (rires) Tu parlais de médailles tout à l'heure, peut-être que on va venir nous proposer l'Altar avant la fin du weekend pour l'année prochaine ! « Voilà votre petit cadeau ! » (rires). Non sérieusement, deux fois c'est bien, peut-être y revenir dans quelques années... Le Motocultor, on aimerait, mais ça fait déjà deux fois qu'on se fait refouler. Peut-être qu'au bout de la troisième fois au Hellfest ils nous prendront ! (rires) On est conscient qu'on a eu une énorme chance de pourvoir jouer ici, et deux ans de suite !

Mais peut-être que rien n'arrive par hasard non plus ?
C'est ce qu'on se dit aussi... On prend tout !

Bon, je radote, mais il va falloir sortir un nouvel album !
Ouis mais là ça fait trois mois qu'on est en mode Hellfest, on termine un peu l'ère « Baleful World » avec cette scène aujourd'hui. C'est un album qui a fait des miracles pour nous, et le label aussi, Finisterian Dead End. On aimerait bien encore jouer à l'étranger. A nous de faire le nécessaire !

Merci les gars ! A très bientôt alors !
Merci Christophe !


en savoir plus sur…

  • Artiste
    Breakdust

partager

0 Commentaire


Connectez-vous pour réagir à cet article

Si vous souhaitez commenter cet article sur HARDFORCE.FR, vous devez être connecté au site, avec ou sans compte Facebook. Vous pouvez librement donner votre opinion personnelle qui n'engage que vous et en rien le site HARDFORCE.FR, ses auteurs, administrateurs ou webmaster. HARDFORCE.FR se réserve évidemment le droit de modération et de suppression des propos qui ne relèveraient pas de ce domaine (politique, propagande, incitation à la haine, etc...) ou seraient agressifs, obcènes, offensants, extrémistes, racistes ou antisémites, homophobes, sexistes, violents ou menaçants... la liste est longue, n'en rajoutez pas !
De même, HARDFORCE.FR est un site à vocation musicale, nous sommes ici entre passionnés. Tout comportement jugé inapproprié black-listera le membre définitivement.

partager