partager

MASS HYSTERIA @ Paris (Le Trianon)

par Laurent Karila
0 commentaire
Mar
13
2016

En ce vendredi 11 mars, le Trianon, de par son architecture étagée, est plein comme un double cheeseburger de haute qualité.
La salle affiche complet et les personnes présentes, de 3 à 72 ans, ne font qu’UN avec la matière noire.
Le concert est filmé pour un futur témoignage gravé dans le marbre atomique...

ARTWEG, le groupe de ArtCore, ouvre les hostilités avec un show parfaitement carré.
Petit break.
MASS HYSTERIA va nous proposer un spectacle en 2 actes.
Une musique d’intro spécialement écrite pour ce soir par Marc Animalsons (Left Lane Project) retentit dans la salle.
L’artiste burlesque Cat-Lilly Woo, parfaitement centrée sur scène reproduira sur scène l’image de la matière noire : la magnifique pochette du dernier album des MASS HYSTERIA. Une toile fellinienne vivante.



 

Acte I - Matière Noire intégrale

L’intégralité du dernier album des MASS va être joué dans son ordre original sous des lights somptueux. Le groupe est puissant, énergique, carré à la SLAYER et heureux d’être sur les planches parisiennes. Mouss est un entertainer jumper, un poète qui distille les mots sur des musiques qui vous font sécréter des tonnes de dopamine dans votre cerveau… Le groupe se donne à fond, sème les tempos. Yann « jameshetfieldise » le public et a une précision rythmique impressionnante, Raphael est un tank rythmique à lui tout seul soutenu par le nouveau bassiste au pseudo d’Atom Mass et Fred Duquesne, dreadlocks au vent, est en parfaite osmose avec Yann. Le public est là ! La fosse est envoutée, c’est l’hystérie de masse, la psychose pharmacologique fun, ça saute, ça danse, ça hurle, ça chante, ça circle pit ! C’est la fête ! Les balcons dansent aussi…

« Matière Noire » est un chef d’œuvre musical en studio. Son jumeau live aussi. « Chiens de la casse » défonce tout sur son passage, un message social en adéquation avec la vie actuelle.  Les latins métalliques  « Vae Soli » et « Vector Equilibrium » sont interprétés comme si la fin du monde était demain. La fosse est en ébullition : les chauves, les chevelus, les barbus avec ou sans cheveux, les filles, les garçons, les petits et les grands ! La sécu aux barrières assure quand ça surfe dans les airs. Mouss parle avec son public entre les morceaux en les remerciant, en racontant des anecdotes en relation directe avec les chansons ou des éléments de vie. « Notre complot » : titanesque. « L’espérance et le refus » : la violence calme. « Tout est poison » est épiléptogène, stroboscopique, un titre monstrueux avec son énorme break metal saccadé. Mouss va ensuite introduire « L’Enfer des dieux » en demandant de faire une minute de bruit, de feu. Le public ne se fait pas prier. Posé devant un pied de micro, les guitaristes en bodyguard placés symétriquement sur la scène jouent ce titre dédié aux victimes des attentats du Bataclan et de la folie de l’obscurantisme. Le public reprend à tue-tête le refrain. MASS HYSTERIA continue d’incendier le Trianon avec « A Bout de souffle » et « Matière noire ». Mouss parle ensuite du metal, de Marc Animalsons qui a composé le son en boucle de la chanson « Plus que du metal ». « Les plus grands rappeurs sont des fans de metal, de rock, c’est comme ça » nous dit-il. Les MASS lancent ce hit du groupe avec Marc Animalsons à la 3ème guitare. « Etes-vous prêts pour un wall of death ? ». Je crois que la fosse acquiesce sans discuter ! Mouss dédie la dernière chanson à toutes les mamans avec le sublime « Mère d’Iroise ». Fin du premier acte. Lumière rouge dans le Trianon. Le public est très chaud.



 

Acte II – Greatest Hits and Fiesta Incorporated
Les MASS reviennent sur scène, acclamés. L’unité dans la fête. « Contraddiction » est joué. Fire ! Pour « P4 », Mouss, Yann et Fred vont au milieu de la foule avec un circle pit de furie digne des plus grands concerts de hardcore ou de SLAYER. L’ambiance est furieuse. « Une somme de détails », « Babylone » et le hit « Positif à bloc ». Tout le monde l’est de la fosse à tous les étages de la magnifique salle parisienne. Puis, c’est au tour de l’expression des « Pulsions ». Très grand ! Sur « World On Fire », Stephane Buriez (LOUDBLAST) est guest vocaliste. Ça tue. Mouss remercie Mr Metal et rappelle qu’il avait fait ses premières armes de spectateur avec le groupe de Stéphane dans une salle à Brest. Puis, Nico, l’ancien guitariste des MASS, sweat-shirt vert de Thrasher, capuche vissée sur sa tête, rejoint le groupe sur scène. Il est ovationné. Tout le monde, Mouss, Raph, Yann, Fred compris, est content de le voir présent ce soir après le terrible épisode qu’il a vécu. Nico démarre le riff puissant de « L’Archipel des pensées ». Un grand titre, un grand moment avec notamment Mouss, debout, en haut du mur de Marshall en train de hurler « Seek And Destroy » de METALLICA sur la fin du morceau. Public en transe. Sur le titre suivant, Vince Mercier, avec son tee shirt « Bagarre », qui a récemment quitté le groupe, revient à la basse sur « Knowledge Is Power ». Yann fait résonner ensuite un riff de SLAYER sur quelques secondes. Mouss invite les enfants des différents membres du groupe. Photo de famille. Quelques filles montent ensuite sur scène. Quelques mesures d’« Enter Sandman » de METALLICA sont jouées par tout le groupe. Puis, un peu de  fun et de danse sur «  Respect To The Dancefloor ». C’est la méga-party des furieux et des furieuses. « Donnez-vous la peine » est chanté en duo avec Reuno de LOFOFORA. Ca pulse, ca groove, c’est metal !

MASS HYSTERIA est heureux, le public aussi et a encore de l’énergie. Mouss remercie beaucoup de monde et ARTWEG. Le set s’achève sur « Furia » dans une pluie de confettis à la « Rock N' Roll All Nite » digne de KISS. Une soirée ENORME.

MASS HYSTERIA a été somptueux, metal, rock, dansant, euphorisant, générateur d’énergie #plusquepositive. MASS HYSTERIA devrait être remboursé par la Sécurité Sociale.


Galerie complète par Marjorie Coulin dans le portfolio.


en savoir plus sur…

partager

0 Commentaire


Connectez-vous pour réagir à cet article

Si vous souhaitez commenter cet article sur HARDFORCE.FR, vous devez être connecté au site, avec ou sans compte Facebook. Vous pouvez librement donner votre opinion personnelle qui n'engage que vous et en rien le site HARDFORCE.FR, ses auteurs, administrateurs ou webmaster. HARDFORCE.FR se réserve évidemment le droit de modération et de suppression des propos qui ne relèveraient pas de ce domaine (politique, propagande, incitation à la haine, etc...) ou seraient agressifs, obcènes, offensants, extrémistes, racistes ou antisémites, homophobes, sexistes, violents ou menaçants... la liste est longue, n'en rajoutez pas !
De même, HARDFORCE.FR est un site à vocation musicale, nous sommes ici entre passionnés. Tout comportement jugé inapproprié black-listera le membre définitivement.

partager